Profession Pharmacien


Le salon Pharmagora ouvrira ses portes aux pharmaciens du 29 au 30 mars 2013. A l’approche de cet évènement, nous avons décidé de consacrer un double article sur ces professionnels que nous côtoyons régulièrement.

Aux yeux de l’État, le pharmacien est un professionnel de la santé flirtant de près avec l’univers des hôpitaux, des industries et des laboratoires, même s’il est vrai qu’on le trouve le plus souvent dans des officines.

Le pharmacien est avant tout là, pour délivrer et expliquer le traitement prescrit par le médecin. En cas d’erreur lors de la dispensation des médicaments, c’est sa responsabilité qui est engagée. Grâce à ces connaissances sur les médicaments, il est tout à fait compétent pour vérifier la cohérence des prescriptions des médecins. Il peut donc conseiller et orienter le patient sans ordonnance vers le ou les médicaments les plus appropriés pour le soigner.

Le pharmacien spécialisé en analyse biologique travaille quant à lui en laboratoire. Accompagné de techniciens et de biologistes, il effectue toutes sortes d’examens (analyse de sang, recherche sur les bactéries…). En tant que pharmacien biologiste, il est amené à travailler dans des hôpitaux et fourni aux infirmiers les traitements et les matériels destinés aux malades. Il est là avant tout pour réaliser des préparations et des contrôles de médicaments.

Le pharmacien peut participer aussi à la mise au point de nouveaux médicaments, à l’animation d’atelier de fabrication ou de supervision du contrôle de qualité. Ces fonctions peuvent également s’exercer dans des industries de cosmétiques, de médicaments vétérinaires et d’agroalimentaire.

Dans le cas de la France, le pharmacien est encadré, peu importe sa spécialisation par une législation sanitaire très exigeante qui favorise fortement le patient. De ce fait, il se doit de respecter un code de déontologie rigoureux et de se soumettre aux contrôles des autorités sanitaires.

Cette législation régit son activité lorsqu’il est présent dans des entreprises qui vendent des médicaments, dans des officines, dans des pharmacies d’établissement de santé et dans des laboratoires. Pour être plus précis, le pharmacien est tenu à un devoir d’exercice personnel, c’est-à-dire qu’il est obligé d’exécuter lui-même les actes professionnels de préparation ou de surveiller attentivement l’exécution s’il est accompli par un autre.

Je vous invite donc à lire le code déontologie des pharmaciens correspondant aux articles R4235-1 à R.4235-77 du Code de la Santé Publique qui définit clairement les devoirs du pharmacien vis-à-vis des patients.

Il doit exercer son métier dans le respect de la vie et de la personne humaine sans faire aucune discrimination. Il participe à l’amélioration des conditions de santé des patients en contribuant à la lutte contre la toxicomanie, les maladies sexuellement transmissibles, le dopage et collabore avec les autorités compétentes. Il peut donc refuser de fournir à un patient un médicament si la santé de celui-ci l’exige. Bien entendu, il devra fournir à celui-ci des explications sur son refus. Dans le cas où le médicament est prescrit sur une ordonnance, le pharmacien doit informer le prescripteur de son refus et le mentionner sur l’ordonnance. Le pharmacien biologiste peut également refuser d’exécuter un prélèvement ou une analyse pour des motifs tirés de l’intérêt du patient ou du caractère illicite de la demande.


03/19/2014

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + 0 =