Entretien avec Dominique Seignard, développeur du concept CAMELEON pour mulTiroir

Dominique Seignard

Bonjour, Dominique Seignard, pour commencer cette interview. Pouvez-vous me parler un peu de votre parcours jusqu’au poste que vous occupez aujourd’hui ?

Bonjour, pour répondre à votre question, j’ai fait un bac S, puis une prépa arts appliqués pour me mettre à niveau par rapport à des gens qui avaient fait un bac spécifique en arts appliqués et ensuite, un BTS design produit.

Suite à ça, j’ai souhaité continuer et j’ai intégré la section Design de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts (ENSAAMA) nommée Olivier de Serres. J’ai fait deux ans dans cette école, ce qui m’a permis d’obtenir un diplôme supérieur d’arts appliqués en design produit. En BTS, j’ai appris les techniques de fabrication et les caractéristiques des matériaux en parallèle d’un apprentissage de la créativité. En bac+ 3 et 4, nous avions des cours de psychologie, de sociologie et nous abordions des projets plus prospectifs.

J’ai terminé mes études avec une année en master (bac + 5) avec des ingénieurs aux Arts et Métiers. Il s’agissait d’un master en conception et innovation produit. C’était vraiment la suite logique de mes études. J’ai appris les méthodes de créativité en groupe, la façon de gérer une équipe pour générer de nouvelles idées, mener un projet de façon à ce qu’au bout, il y ait de l’innovation.

Après j’ai trouvé un travail.

Justement, il s’agissait de ma prochaine question. Depuis combien de temps travaillez-vous chez mulTiroir et à quel poste ?

J’ai intégré mulTiroir en tant que designer ingénieur en octobre 2006 suite à 6 mois de stage. On m’avait confié la création d’une gamme de produits.

Je suis restée designer-ingénieur jusqu’à l’année dernière. Puis, en début d’année, on m’a proposé de devenir chef de projet sur le projet Mdose. Aujourd’hui, j’ai la double casquette de designer-ingénieur et chef de projet.

Pouvez-vous me parler un peu plus de ce projet Mdose ? S’agit-il d’un pilulier ?

Non du tout, il ne s’agit pas d’un pilulier.

Le projet Mdose correspond à l’expansion du domaine d’activité de mulTiroir dans la Préparation des Doses à Administrer (PDA). MulTiroir intervient déjà largement dans ce domaine avec le logiciel Securdose notamment, qui permet aux pharmaciens d’EHPAD ou d’Officine de tracer et de sécuriser leurs préparations de médicaments, ainsi que des produits de reconditionnements du médicament (blisters, piluliers…). La iatrogénie médicamenteuse est aujourd’hui un problème de santé publique (« La iatrogénie médicamenteuse désigne les effets indésirables provoqués par les médicaments. Elle regroupe des symptômes très divers depuis la simple fatigue jusqu’à l’hémorragie digestive ou la fracture de la hanche. La prise de médicaments s’est aujourd’hui banalisée et ces risques sont trop souvent sous-estimés. » Source : ameli.fr ».) Le projet Mdose a pour ambition de proposer une réponse complète et cohérente pour lutter contre ce problème sur l’ensemble du circuit du médicament en EHPAD comme au domicile.

Si on vous confie ce projet aujourd’hui, j’imagine que c’est parce que vos précédents projets ont été couronnés de succès. Pouvez-vous me présenter le projet qui a le mieux abouti et pourquoi selon vous ?

Chariot CAMELEON

C’est un sentiment personnel, je ne sais pas encore ce que ça donne au niveau des ventes, mais je pense que le projet le plus complexe et le plus abouti que j’ai mis en place est la gamme de mobiliers CAMELEON, encore en cours de développement.

L’architecture de ces produits et leur construction est complexe de par le nombre d’éléments qui les composent et la diversité des matériaux.

Un premier salon d’exposition m’a permis d’identifier un bon retour sur le marché.

Pour moi, la gamme CAMELEON est complète en terme de design. Elle correspond aux exigences d’ergonomie et de fonctionnalité que l’on voulait mettre en place. Et au niveau identitaire, j’ai été satisfaite, le message qui passe au travers de ces produits correspond bien à l’image de mulTiroir.

C’est vraiment mon travail.

Expliquez-nous ce qui vous a amené à ce résultat, les démarches que vous avez faites. Un peu tout si on peut dire.

Le concept CAMELEON parce que c’est un concept, c’est le fait de mettre en place un produit qui va pouvoir se décliner et s’adapter à l’environnement.Chariot CAMELEON

Moi, je travaille en interrogeant les utilisateurs toujours en amont du projet, c’est ma façon de fonctionner, je fais de la conception centre-utilisateur. J’interroge les utilisateurs pendant et tout le long de la conception. Je valide toujours le fait que les utilisateurs soient « OK » avec ce que l’on a fait jusqu’à présent.

Sur ce projet, on avait identifié une réelle volonté d’avoir des produits qui soient très diversifiés, qui s’adaptent avec des accessoires puisque le besoin est multiple en fonction des lieux. On a besoin d’un produit qui pourra s’adapter… comme le caméléon, qui s’adapte à l’environnement qu’il intègre.

Le concept s’élargit avec l’identité visuelle qui répond à une demande des établissements d’avoir des produits colorés, plus beaux. L’idée était de proposer des couleurs pour rendre ces environnements plus joyeux.

Quelles matières avez-vous choisies pour cela ? Pourquoi ?

On a choisi des matériaux en fonction des contraintes techniques et économiques du cahier des charges.

On a choisi pour les parois extérieures une plaque de polyéthylène et des plaques d’alu qui viennent la prendre en sandwich. Ce sont les plaques d’alu qui sont peintes. Dans notre principe, on a une couleur d’un côté et une autre de l’autre.

L’avantage de cette matière est qu’elle est solide et légère.

Pour l’intérieur, c’est de l’ABS thermoformé. L’assemblage se fait par riftage, mais c’est amené à changer parce que c’est trop lent.

Ce produit a été pensé en éco conception, on va poursuivre le projet en faisant une analyse du cycle de vie pour connaître son impact carbone sur l’environnement et entrer dans une logique d’amélioration en fonction des résultats dans les années à venir.

Pourquoi ce respect de l’environnement, est-ce une volonté de votre part en tant que designer ou de mulTiroir votre société ?

C’est une volonté de la société mulTiroir, car c’est une demande de plus en plus présente lors des appels d’offres. J’ai suivi de mon côté une formation en éco conception.

Dans les mois avenir, y a-t-il un autre projet que vous allez développer ?

Le projet Mdose, pour lequel je suis chef de projet, va se décliner en de nombreux projets de conception de produits et la mise en place de services qui devront fortement m’occuper.

C’est vraiment votre plus gros projet ?

Oui en tant que chef de projet. Sur mes précédents projets, mon équipe de travail était composée de stagiaires ou de sous-traitants (Designers, ingénieurs…). Aujourd’hui avec ce projet, on a créé une équipe en interne, je mets en place des réunions de travail et j’exploite au mieux les compétences de chacun.

 Votre poste me fait penser à de la Recherche & Développement.

C’est exactement ça. Il correspond au Bureau d’Étude R et D de mulTiroir.

Selon vous, le projet Mdose va-t-il aboutir ?

C’est un projet ambitieux à l’issu duquel, on a pour objectif de sortir de nouveaux produits et de nouveaux services. Le projet est global et la réponse le sera aussi. C’est vraiment important pour mulTiroir que cela aboutisse et il n’y a pas de raison que cela ne fonctione pas parce que le besoin et le marché existent.

Jusqu’à présent, on est resté que dans le domaine du médical. J’imagine que vous avez développé des produits pour le général. Pourriez-vous nous en parler un peu ?

Range monture M

J’ai développé la nouvelle péniche de la Général d’Optique, il y a eu toute une étude avec les chefs de projet de chez eux, au sein de l’équipe marketing et de l’équipe de communication.

Il y a eu aussi d’autres produits comme une péniche pour mulTiroir. J’ai également développé du mobilier pour les opticiens.Les ranges montures M, le M vient de mulTiroir. Les modules blancs ressemblent aussi à un M.

 Je réalise également la scénographie des stands de mulTiroir pour les salons.

Merci, Mme Seignard  d’avoir accepté de répondre à mes quelques questions sur votre fonction et vos projets au sein de mulTiroir.


07/31/2013

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 + 0 =